Le coronavirus dans le contexte hospitalier

Coronavirus, Espace soignants

Témoignage d’une soignante dans cette période hors-norme

 

Faire corps

 « Alors que la crise sanitaire inédite nous a fait éprouver des moments douloureux, je voudrais en tant que soignante, rendre témoignage à ce qui s’est aussi vécu d’extra-ordinaire. L’hôpital fut sous tension durant cette période. Les soignants n’ont pas ménagé leur peine. Tous ont fait corps pour faire face à l’épidémie. Cette crise sanitaire a perturbé le monde hospitalier mais a aussi permis de dévoiler des solidarités jusque-là ignorées. 

En effet, la crise du coronavirus a fait tomber bien des barrières : barrières de l’individualisme et de l’autonomie. Les décisions thérapeutiques liées à l’utilisation de nouvelles molécules ont amené les soignants et médecins à une réflexion et une recherche communes pour dépasser l’incertitude et la prise de responsabilité complexe. 

La pandémie a permis aux soignants de faire corps ensemble, unis par les valeurs humaines du soin. 

Le coronavirus nous a appris à travailler différemment. Il a permis à des médecins de mieux collaborer, de mieux s’écouter, de mieux s’épauler.

La situation d’urgence a permis de créer de nouveaux moyens de fonctionnement : les habitudes de services ont laissé place à des réunions « staffs » où il a fallu apprendre à communiquer, à s’écouter d’une manière nouvelle afin de parvenir à décider ensemble le meilleur pour chaque patient. J’ai été frappée d’entendre combien la dimension psychologique des patients était mise en avant dans les prises de décisions urgentes, en plus de la dimension somatique.

Les équipes de soignants ont été ingénieuses et solidaires, pleines d’élan et de capacité d’adaptation, donnant sans compter, presque toujours dans la bonne humeur !

La créativité au service de la solidarité

 Une amie infirmière me disait qu’elle avait rêvé toute sa vie de partir travailler dans un dispensaire en Afrique et que le contexte inédit de la pandémie lui avait permis de voir son hôpital se transformer et devenir le dispensaire rêvé et tant attendu !

Il a fallu en effet aménager des espaces, penser dans l’urgence les parcours des patients, être présents à des réunions de crise quotidienne. L’hôpital est devenu un dispensaire pour vaincre le coronavirus.

La situation a rendu nécessaire l’adaptabilité et la prudence face à beaucoup d’incertitudes.

La réorganisation du service habituel a été indispensable. L’installation des réseaux informatiques pour pouvoir communiquer par réunion « teams » a permis de renforcer la collaboration, d’exprimer en collectif les difficultés et les interrogations, d’exprimer ses doutes et ses craintes.

La crainte de la contamination a aussi fait naître d’autres types de relations au sein de l’hôpital : appels vidéos des soignants dans les chambres des patients pour pallier à la solitude de ces derniers, téléconsultations où les patients ont pu exprimer que « le sourire ainsi que la bienveillance s’entendent aussi bien qu’ils se voient ! »

Le monde médical a su faire corps pour faire face à l’épidémie et créer de nouvelles solidarités intra et extrahospitalières.

La gestion de la crise sanitaire du coronavirus prépare des lendemains où il faudra prendre la balle au bond et valoriser ce qui a été vécu pour favoriser la relation de proximité et la maintenir au centre des préoccupations institutionnelles.

Pour l’heure, les soignants ont besoin de repos pour reprendre souffle après cette période qui a entraîné chez beaucoup, un épuisement. Demain, à l’heure du bilan, on pourra sans doute voir ce que cette crise a révélé de bien et de positif pour contrebalancer les drames vécus. 

Que la délicatesse humaine que les soignants ont su déployer par leur expertise durant ces heures d’urgences, puisse revaloriser les métiers du soin ! Tel est mon souhait pour le monde hospitalier de demain. »

Clotilde, infirmière dans un service hospitalier d’oncologie

Vous avez aussi un témoignage à partager ? Le service SOS fin de vie est à votre écoute au téléphone et par mail : 0142713294 et ecoute@sosfindevie.org.

Confinement
et solitude

Deuil
et Coronavirus

Espace
soignants

Accueil
Coronavirus