Service d’écoute et d’accompagnement

Service confidentiel et anonyme

    • Maladies graves

      Maladies graves

      Quand la maladie fait irruption dans notre vie, pour nous même ou pour un proche, comment l’accueillir, vivre avec, l’accompagner ?

      > en savoir plus

    • Vieillesse

      Vieillesse

      Avec l’âge qui avance, des renoncements s’annoncent, une dépendance s’installe ; Inquiétudes, réalité et accompagnement.

      > en savoir plus

    • Coma

      Coma

      Quelque soient la cause et la profondeur d’un coma, ceux qui y sont plongés ont pour point commun d’être dépendants. Quelle attitude avoir auprès d’eux ? Que faut-il rechercher ?

      > en savoir plus

    • Fin de vie et dignité

      Fin de vie et dignité

      Quand la fin de vie s’annonce, il reste tant à faire. Comment s’y préparer, entourer celui qui part, mesurer le soin nécessaire, trouver le lieu d’accueil qui conviendra?

      > en savoir plus

    • Suicide

      Suicide

      Une aspiration au suicide est signe d’un mal être profond ; des personnes spécialisées dans l’écoute et l’accompagnement peuvent vous aider. Ne restez pas seul.

      > en savoir plus

    • Douleur physique

      Douleur physique

      La douleur paralyse celui qu’elle affecte, ou qu’elle va affecter. Il existe en France de nombreuses pistes pour l’atténuer, la contourner ou la faire disparaître.

      > en savoir plus

    • Souffrance psychique

      Souffrance psychique

      Est-elle plus pernicieuse que la douleur physique? Elle peut lui être associée ou en être indépendante. Elle est reconnue et donne lieu à des soins spécifiques.

      > en savoir plus

    • Demandes de mourir

      Demandes de mourir

      Peur de souffrir, douleurs aigües ou réfractaires, sentiment d’indignité, volonté de maîtriser sa fin de vie, peuvent être des motifs de demande de mourir. Comment accueillir une telle demande?

      > en savoir plus

    • Hydratation et alimentation

      • Hydratation et alimentation

        Ces soins vitaux auxquels tout être humain a droit sont porteurs d’une forte symbolique. En toute fin de vie la question de leur maintien ou de leur arrêt peut se poser.

        > en savoir plus

    • Soins palliatifs

      Soins palliatifs

      Les > en savoir plus

    • Sédation

      Sédation

      La > en savoir plus

    • Acharnement thérapeutique

      Acharnement thérapeutique

      Quand les traitements médicaux ne portent plus d’espoir de guérison ni d’amélioration, il peut être légitime de les arrêter. Quand parle-t-on d’> en savoir plus

    • Bénévole en soins palliatifs

      Bénévole en soins palliatifs

      De nombreuses personnes s’engagent dans l’accompagnement des patients en soins palliatifs. Ils suivent une formation. En quoi cela consiste-t-il? Où se renseigner?

      > en savoir plus

    • Devenir aidant

      Devenir aidant

      Quand un de nos proches malade devient dépendant, nous devenons > en savoir plus

    • Vos droits

      Vos droits

      Aides financières, congés de solidarité, périodes de répit, statut, comment faire reconnaitre votre rôle d’aidant, quel impact sur vos déclarations, …

      > en savoir plus

    • Associations

      Associations

      Information, relais, forums, rencontrez-vous.

      > en savoir plus

    • Vivre son deuil

      Vivre son deuil

      Après un deuil, il est nécessaire de faire un travail, par étapes, et en prenant son temps, pour pouvoir reconstruire un jour sa vie, qui continue. Il est important de ne pas le faire seul.

      > en savoir plus

    • Après un suicide

      Après un suicide

      Le suicide n’est pas un acte social isolé. Son onde de choc est particulièrement forte dans tout l’entourage de celui qui y est passé. D’autres personnes ont connu cette épreuve et ont créé des lieux d’accompagnement spécifiques.

      > en savoir plus

Vous le connaissez depuis longtemps, alors votre présence à ses côtés peut être particulièrement précieuse.Vous êtes pour lui le témoin proche d’une complicité qui n’existe qu’entre vous, fruit de vos années d’amitié.

Cette complicité permet à la fois les plaisanteries (qui font partie de la vie), et les silences ; les paroles futiles, et les paroles engageantes. Elle vous permet de passer avec lui du rire aux larmes, tout cela dans un échange fraternel.
En effet, en tant qu’ami, il est nécessaire d’être prêt à aborder des sujets profonds, surtout en ces moments si spéciaux de sa vie. Vous savez qu’il est en fin de vie, et il le sait sans doute lui aussi. Il ne le partage peut-être pas.

Beaucoup de raisons peuvent empêcher de parler en vérité : la pudeur, la peur de déranger l’autre, la crainte de faire arriver les choses plus vite. Il attend peut-être d’être bousculé, pour partager ce qui lui est le plus difficile à vivre.

Comment aborder des questions graves ?

Il n’est pas facile d’aborder de vous-même certaines questions graves, mais vous pouvez réfléchir à une manière d’aborder ces sujets avec lui. « Tu sais, j’aimerais te parler sérieusement : est-ce qu’il y a quelque chose que je peux faire pour toi ? »,  « Est-ce que tu as peur ? », « Veux-tu rencontrer quelqu’un ? écrire ou appeler une personne ? puis-je transmettre un message pour toi ? »,  « Je suis à ta disposition si tu veux partager des choses avec moi », etc. Il y a de nombreuses façons d’entrer en dialogue, et votre ami vous facilitera peut-être les choses par une allusion à saisir au vol.

Les personnes dont l’aide sera la plus ajustée  seront celles qui auront partagé avec lui une parole vraie.

Curieusement, ce ne sont pas toujours les plus proches qui vivent cela. C’est parfois un bénévole, un soignant ou un ami qui vont libérer cet espace d’échange, ou être les témoins de questions « crues » de la part de la personne malade.

Communiquer avec lui comme à votre habitude.

Surtout: continuez à le considérer comme vivant ! Personne n’est « à moitié mort » ni « à moitié vivant », malgré une expression courante.

Par exemple, il peut avoir encore des projets. Cela vous semblera de tous petits projets (une sortie, une rencontre, regarder un film avec vous, boire un verre…). Mais pour lui cela compte vraiment ! Et peu importe  si ce n’est pas tout à fait « raisonnable » : votre complicité peut permettre certaines choses qu’il n’oserait pas demander à quelqu’un d’autre.

Et finalement, s’il n’y a plus rien à « faire », votre simple présence, même dans le silence, sera un réconfort pour votre ami : il saura qu’il compte pour quelqu’un !

Vous pourrez trouver en vous les ressources pour offrir à votre ami de belles preuves de votre amitié si ancienne, et partager encore des moments que vous n’oublierez pas.